Rechercher dans ce blog et le site associé

samedi, janvier 12, 2008

En guerre contre la contrefaçon




Le monde du whisky et en particulier celui des ventes sur internet (ebay, etc...) n'échappe pas au fléau de la contrefaçon. Des individus peu recommandables ne se gênent pas pour vendre de soi-disant bouteilles de collection au prix fort.. Et il n'est pas rare que ces flacons ne contiennent pas ce qui est annoncé sur l'étiquette.
Les Maltmaniacs ont déclaré la guerre à ces bandits et sont occupés à créer une liste noire des vendeurs douteux sur internet.
Si vous voulez vous associer à cette guerre sans merci, merci de vous rendre sur http://www.whiskyfun.com/war.html Le site de Serge Valentin est en anglais, mais surtout n'hésitez pas à lui communiquer vos propres expériences en français. Il se chargera de la traduction le cas échéant.

mardi, janvier 01, 2008

Golden Cask: quelques échantillons dégustés dernièrement.

S'il existe une légende vivante dans le monde de la distillation en Ecosse, c'est certainement John McDougall. Toute une vie passée dans l'industrie du whisky. Directeur de distilleries aussi prestigieuses que Springbank ou Laphroaig, John a également collaboré de près ou de loin à la vie d'une vingtaine d'autres. Pour plus de renseignements à propos de John McDougall, je vous renvoie à la page correspondante du site.
Il est devenu embouteilleur indépendant et commericalise plusieurs gammes de whiskies dont une qui s'appelle "Golden Cask". Cette gamme est commericalisée à des prix très raisonnables, et ne constitue donc pas non plus le haut de gamme de John McDougall.
J'ai eu l'occasion de goûter plusieurs whiskies de cette gamme, et je veux vous en faire profiter ici de mes impressions:



Caol Ila 1996. Golden Cask. (10 ans, 58.5%)
Un très beau nez très typique de la distillerie: tourbe et fumée à profusion. La mer n'est pas loin non plus. Jusque là, un grand classique.
En bouche, toute la chaleur d'un Caol Ila, avec ses notes fumées et tourbées et en plus de fraîches notes agrumiques . Pas une exceptionnelle complexité, mais un bon whisky malgré tout.
La finale est très longue, avec toujours ce petit mélange de fumée, de tourbe et d'embruns en mémoire. L'alcool reste malheureusement assez présent tout au long de la dégustation, Ce whisky mérite quelques gouttes d'eau et certainement une autre dégustation...!

Macduff 1984 Golden Cask (23 ans, 55%)
Des fleurs et du malt caractérisent ce nez au premier abord. De belle notes épicées ne tardent pas à faire surface avant de faire place à des relents frais entre l'herbe coupée et le fruit mûr. Le nez est agréablement complexe.
En bouche un étonnant mélange de notes acides (agrume), de notes légèrement boisées (noix) et un solide fond de malt pour harmoniser le tout. Pas de complexité excessive, mais un très bon whisky
Une belle finale très agréablement chaude et relativement longue qui prolonge le plaisir de la dégustation.

Macallan 1987, Golden Cask (19 ans, 54,7%)
Un beau nez marqué par le sherry, comme Macallan en a le secret. Quelques notes de chocolat et un très léger soupçon de fumée. Pas d'agressivité.
En bouche, toute la chaleur du sherry avec une pointe légèrement boisée, et hélas une prédominance marquée de l'alcool. Dommage, parce que cela masque toute la complexité sous-jacente. L'ajout de quelques gouttes d'eau lui font le plus grand bien.
La finale est longue et agréable, marquée par un mélange de sherry et de boisé assez fin. Le souvenir de l'alcool est cependant encore très présent

Une seconde dégustation quelques jours plus tard a confirmé les impressions du nez. Très doux et très agréablement marqué par le sherry. Un léger voile, un soupçon d'odeur de moisi probablement dû à l'absence de filtration à froid n'enlève rien au plaisir bien au contraire.
La bouche reste tout aussi agréable, et le caractère dominant de l'alcool semble s'être estompé avec l'aération de la bouteille au bout de deux jours. Agréables notes légèrement chocolatées, avec toujours ce sherry qui est bien présent.
La finale est également plus sage que lors de l'ouverture de la bouteille. Un bon macallan.

Tobermory 1996. Golden Cask (10 ans, 60%)
Une odeur nettement animale avec des relents de levure. Un mélange de jeune cuir et d'étable. Très légers relents de fumée.
La bouche est très agréable, et le fort d'alcool ne gêne en rien. Belle complexité alliant les notes de cuir et de viande à d'autres légèrement tourbées et marines.
La finale est agréablement longue et chaude et le souvenir de ce whisky assez étonnant reste longtemps en bouche


Bladnoch. John McDougall selection 1990 (17 ans, 54.2%)
Un nez d'une très belle fraîcheur, alliant des notes d'herbe coupée, de foin et de menthe. Une légère odeur un peu moite plane sur ce whisky, et en amplifie encore le plaisir. En bouche, c'est très proche de l'alcool de poire au premier abord, et le goût évolue ensuite vers des notes légèrement plus amères sans toutefois enrichir considérablement la palette gustative. Le nez était très prometteur, la bouche est moins intéressante La finale est chaude et relativement longue, et des relents fruités restent discrètement présents. Il ne s'agit pas du genre de finale spectaculaire comme d'autres Bladnoch peuvent nous offrir.